● Charte de la mobilité au Centre d'Action Sociale de la Ville de Paris

Préambule
Dans le cadre des dispositions de la charte du dialogue social au Centre d’Action Sociale de la ville de Paris (CAS-VP) signée le 4 juillet 2008, l’administration et les organisations syndicales signataires du CAS-VP ont décidé de mener un travail commun sur le sujet de la mobilité.
Après un travail initial de réflexion sur la notion de mobilité, une définition des objectifs possibles mais aussi des éventuels freins, la réalisation d’un bilan qualitatif et chiffré de cette mobilité au CAS-VP, la présente charte a pour objet de dégager des objectifs et définir des règles et des modes d’accompagnement des agents destinés à faciliter sa mobilité au CAS-VP et au sein du groupe «Ville».

LE MAL ÊTRE AU TRAVAIL

Les chefs d’établissements sont responsables de l’équilibre social et doivent s’assurer du bien être des agents.

La direction générale refuse la notion de harcèlement, préfère «excuser» les responsables en invoquant des erreurs de management, des formations mal adaptées, ou des mauvaises ententes entre collègues.

Pourtant, le climat social continue à se détériorer, la notion de solidarité existe de moins en moins et les valeurs collectives se perdent. L’individualisme remplace le lien collectif et social d’origine.

Dans certains établissements, les droits élémentaires sont bafoués par un petit groupe qui est devenu intouchable. Certains agissent comme des monarques et considèrent les collègues et les établissements comme leurs propriétés.

Ils oublient qu’ils sont agents de la fonction publique comme tous les autres salariés du CASVP. Ils ont fait le choix de régner en maître ou en délateur. Tout dialogue social est refusé, ils développent des relations indignes de leurs fonctions, se procurant parfois même des faux témoignages pour caractériser leurs méfaits.

Tandis que ces agents continuent à exercer leur pouvoir, d’autres agents continuent à subir leurs assauts.

Ces situations malsaines ne font que porter préjudice au plus grand nombre d’entre nous et au bon fonctionnement des établissements.

La maltraitance institutionnelle s’instaure. Des suspicions sous différents aspects se développent. Les agents deviennent des cibles, les lettres d’observations, les avertissements, les blâmes, les témoignages et pétitions contre les agents, les sanctions disciplinaires s’accroissent sans que rien ne change.

Le surcroit de travail se multiplie. Les salariés, usés, fatigués par un travail trop lourd dû au sous effectif, sont découragés. Le stress et le mal être conduisent à la démotivation des agents.

L’établissement, les salariés, les résidants sont pris en otage.

Rien n’est fait pour les arrêter dans leurs agissements. A ce jour, malgré les plaintes des agents, aucune sanction n’est prise contre eux.

L’administration ne peut plus les ignorer, car depuis la mise en place du comité d’harcèlement les agents soutenus par la CGT demandent la saisine de cette commission.

Mais ils sont le plus souvent contraints de changer d’établissement pour atténuer leur souffrance. Cela étant et pour en rajouter, ils rencontrent beaucoup de difficultés pour trouver un nouveau poste.

Pour d’autres, la seule solution pour sortir de ce climat délétère est l’arrêt maladie, mais cela ne fait qu’aggraver leur situation de victimes de ce système instauré. Au niveau physique et psychique les arrêts maladie, la dépression, le mal être..., ne font qu’empirer leur situation. Au niveau financier, ils subissent une perte de salaire, l’abattement sur les primes, le demi-traitement…

Enfin, plus grave encore, ce système instauré finit par opposer les salariés !

Les agents qui sont déjà en souffrance subissent en plus l’incompréhension de leurs collègues :

Certains dénoncent l’excès d’arrêts maladie pris par quelques uns. Ils ont raz le bol de devoir pallier à leurs absences avec un surcroit de travail dont ils se passeraient bien, sans compter les refus de congés pour nécessités de service (C.A, RTT, etc.…), la polyvalence imposée avec menace de sanction en cas de refus.

Mais qui est vraiment responsable et se sert de ce système opposant les salariés entre eux ???

LA CGT PROPOSE DE RÉAGIR
AVEC L’AIDE D’UN QUESTIONNAIRE
ANONYME SUR VOS CONDITIONS DE TRAVAIL

Rayez la mention inutile

Considérez-vous vos conditions de travail :
  • Bonnes
  • Moyennes
  • Mauvaises

Votre santé
Selon vous, vos conditions de travail ont elles engendré des conséquences sur votre état de santé :
  • Oui
  • Non

Si oui, de quel type :
  • Maux de tête
  • Trouble de sommeil
  • Stress
  • Autre (précisez)………………………

Avez-vous ou faites-vous l’objet d’un traitement médical à ce sujet :
  • Oui
  • Non

Organisation du Travail
Communication - Encadrement



Considérez-vous suffisant :

La confiance que vous accorde votre supérieur hiérarchique :
  • Oui
  • Non
La reconnaissance de votre supérieur hiérarchique :
  • Oui
  • Non

Estimez-vous que votre supérieur hiérarchique assume ses responsabilités :
  • Oui
  • Non

Etes-vous en conflit avec votre supérieur hiérarchique :
  • Oui
  • Non

Etes-vous en conflit avec vos collègues :
  • Oui
  • Non



Votre supérieur hiérarchique vous demande t-il des informations sur le travail des collègues :
  • Oui
  • Non
Principaux motifs d’insatisfaction :
  • Pression de la hiérarchie
  • Agressivité des usagers, des résidents
  • Charge de travail trop importante
  • Rythme de travail élevé
  • Harcèlement moral
  • Harcèlement sexuel
  • Manque de considération
  • Formation insuffisante
  • Manque de reconnaissance
  • Manque d’informations
  • Effectifs insuffisants
  • Mauvaises ambiances
  • Mauvaises conditions matérielles

Les arrêts maladie
Pour quelles raisons?
  • le manque de motivation
  • le manque de reconnaissance
  • les pressions
  • la seule solution
  • Autre (précisez)………………………………………….

Conclusions

Avez-vous le sentiment que votre employeur s’occupe correctement

de vos conditions de travail
  • Oui
  • Non

du suivi de votre carrière
  • Oui
  • Non

Vos commentaires
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

A remettre à un militant CGT, à faxer au 01 53 62 94 25 ou à renvoyer par courrier sous enveloppe à la CGT CASVP 23 25, rue Bobillot 75013 Paris

AGENTS SOCIAUX du Centre d’Action Sociale de la Ville de Paris

EXAMEN PROFESSIONNEL 2010
80%
DE REUSSITE !
(270 candidats, 218 admis).

BRAVO A TOUS LES LAUREATS !

  • Les résultats de l’examen professionnel du 25/06/2010 seront entérinés par la CAP des agents sociaux qui se réunira en septembre 2010. Tous les agents ayant réussi l'examen seront promus du fait d'un ratio d'avancement suffisant.
  • Pour les agents qui remplissaient les conditions pour se présenter à l’examen au 1/01/2010 (4ème échelon et 3 ans de service dans le grade), la date d’effet du passage au grade d’agent social de 1ère classe sera le 1/01/2010
  • Pour les autres, la date d’effet est celle à laquelle l’agent remplissait les conditions pour se présenter à l’examen.
  • Un rappel sera donc versé à partir de la date d’effet.
  • Le reclassement de l’échelle 3 (agent social de 2ème classe) à l’échelle 4 (agent social de 1ère classe) s’effectuera d’échelon à échelon (exemple : un agent de 2ème classe au 6ème échelon sera reclassé au 6ème échelon d’agent social de 1ère classe, soit un gain de 51 euros par mois).

POUR LES COLLEGUES NON ADMIS

Pas de fatalité, La CGT organisera une session de formation pour la préparation à l’examen 2011 au cours du 1er semestre 2011. Cette formation aura lieu sur le temps de travail dans le cadre de la formation syndicale (vous pouvez déjà vous inscrire en appelant au 01 53 80 97 60).

POUR LES COLLEGUES AYANT ATTEINT LE 7ème ECHELON, NON INSCRITS A L'EXAMEN OU AYANT ECHOUE

  • La CAP de septembre 2010 donnera un avis sur la promotion des agents sociaux de 2ème classe ayant atteint le 7ème échelon et comptant au moins dix ans de services effectifs dans leur grade. La recommandation du directeur de l'établissement va ici jouer un rôle important pour la promotion.
  • Cette promotion au choix ne concerne pas les agents sociaux au 7ème échelon ayant réussi l’examen professionnel.

EXAMEN 2011, IL FAUT INCITER LES COLLEGUES A SUIVRE LA FORMATION DISPENSEE PAR LA CGT

Une aide à la préparation de l'examen 2011 sera faite par la CGT dans le mois précédent celui-ci.
Inscrivez-vous dès maintenant à la formation CGT :

  • par téléphone au 01 53 80 97 60,
  • par courrier (formation ouverte à tous).

Des formations de préparation et de remises à niveau sont aussi organisées par le CASVP, il ne faut pas hésiter à s'y inscrire (appeler le correspondant formation de votre établissement ou La CGT qui pourra vous donner tous les renseignements).

Bulletin d’inscription à la formation CGT
(Formation d’une journée
sur le temps de travail et rémunérée
)

Nom :
Prénom :
Lieu de travail : SOI :

Adresse
Téléphone portable ou personnel :
Adresse mail (facultatif) :

L'AVANCEMENT DE GRADE DES AGENTS SOCIAUX,
C'EST NOTRE AFFAIRE A TOUS.
VOUS AVEZ FAIT CONFIANCE
A LA CGT SUR LA QUESTION.
VOUS AVEZ EU RAISON.

PDF...

AVANCEMENT DE GRADE DES ADJOINTS ADMINISTRATIFS

CAP D’AVANCEMENT DE GRADE du 28/06/2010
Un taux de promotion très insuffisant qui met en difficulté les représentants du personnel !

Grilles indiciaires au 1/07/2010

Toutes les grilles indiciaires au Centre d’Action Sociale de la Ville de Paris (catégories B et C)

La valeur du point d’indice est valorisée de + 0,5 % au 1er juillet 2010.

Le ministère du Travail et de la Fonction Publique a annoncé cette faible augmentation pour 2010 et un gel du point d’indice en 2011 voire en 2012 et 2013.

Ainsi au 1er juillet 2010, la valeur du point d’indice de la fonction publique est de 4,630291 € (arrondie 4.6303) (ancienne valeur 4,6072 €). Cette valeur du point multipliée par votre indice majoré vous donnera votre traitement brut.

La rémunération minimale mensuelle est portée à 1 352 euros brut, hors primes, très légèrement au dessus du SMIC (1343 euros brut pour 35 heures hebdomadaires, soit 1056 euros net).